Warning: mysql_result() [function.mysql-result]: Unable to jump to row 3 on MySQL result index 7 in /home/a4presse/www/search_cp/indexb.php on line 64

Warning: mysql_result() [function.mysql-result]: Unable to jump to row 1 on MySQL result index 7 in /home/a4presse/www/search_cp/indexb.php on line 65
24presse.com- Envoi ciblé de communiqués de presse, annuaire de journalistes et médias
 communiqué de presse
communiqué de presse
communique de presse
communiqué de presse
Consultation des communiqués de presse

Précédent
Thème en cours :
Suivant
coin coin
recevoir (gratuit)
coin coin

   
page consultée 4851 fois sur le site à ce jour
communiqué de presse Lundi 19 Octobre 2009
Destinataires: 1864 journalistes
Côte d'ivoire: déclaration du GPP à l'occasion du 7e anniversaire de la crise ivoirienne
Pas d'élection le 29 novembre en Côte d'ivoire
 

19 septembre 2009  19h06 heure de Paris

DECLARATION DU GPP (Groupement des Patriotes pour la Paix) A L'OCCASION DU 7e ANNIVERSAIRE  DU DECLENCHEMENT DE LA CRISE.

19 SEPTEMBRE 2002 - 19 SEPTEMBRE 2009

                           I.      CIRCONSTANCE DE LA CREATION DU GPP

Il y a 7 ans qu'une crise militaro- politique a éclaté en Côte d'Ivoire. Le 19 septembre 2002, une rébellion sans visage et aux multiples tentacules attaque la  Côte d'Ivoire. L'insécurité se généralise, les personnes et leurs biens sont tués et pillés. Les institutions de la république y compris la présidence, sont menacées de dissolution. L'intégrité territoriale est amorcée. L'armée nationale fragilisée par la crise de 1999 est vieillissante et sous équipée, donc non préparée à maitriser l'agression savamment orchestrée et puissamment équipée.

C'est dans ce contexte de lutte pour la survie de la république et de la nation ivoirienne, qu'une frange de la population civile s'est volontairement et bénévolement  mobilisée, organisée et formée aux métiers des armes pour venir en appui aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS) restées loyales à la république afin de sauver notre mère patrie, la Côte d'Ivoire. Ces volontaires et bénévoles sont organisés en groupes d'auto défense (G.A.D), que d'autres appellent milices. Le plus ancien et le plus grand de ses groupes est le GPP (Groupement des Patriotes pour la Paix) dont le président est le général Bouazo Yokoyoko Bernard.

Par ses effectifs importants (+50.000 éléments), son omniprésence sur l'ensemble du territoire et principalement  dans la zone républicaine, cette armée populaire appelée groupe d'auto défense, qui s'est érigée en base arrière militaire de la l'armée régulière a été d'un apport très précieux dans la sauvegarde de la république. Elle a dissuadé l'ennemie, renforcé le couvert sécuritaire national, ce qui a favorisé la sécurisation de la ville d'Abidjan et l'ensemble du pays, ainsi que la sauvegarde des populations et le retour de la paix dans notre pays.


                       II.      L'ACCORD DE OUAGADOUGOU ET LE RETOUR DE LA PAIX


Aussi depuis l'année 2006, une accalmie  générale des hostilités a abouti à la signature des accords de paix de Ouagadougou en mars 2007. Interpellés par le devoir civique, les groupes d'auto défense n'ont pas attendu un engagement formel des autorités républicaines avant de se mettre au service de la nation. Ce caractère informel de cette armée populaire pro-républicaine, n'a en rien altéré son utilité publique et son existence de fait, tant et si bien qu'elle a bénéficié de la sympathie de la population durant les heures chaudes de la crise.

A l'occasion du 7e anniversaire de la crise et à deux mois des élections présidentielles qui vont sceller définitivement le retour à la paix et à l'ordre normal en Côte d'Ivoire,


Que deviennent ces braves groupes d'auto défense et ces héros de la stabilité institutionnelle retrouvée ?

Dans la logique de fin définitive de la guerre et de la totale disparition des effets et conséquences de la crise, il a été convenu du désarmement, de la démobilisation, du démantèlement  et de la réinsertion des groupes d'auto défense tout comme ceux de la rébellion. Pour ce faire, des institutions ont été créées. Elles ont pour nom, le centre de commandement intégré (CCI), le programme national de réinsertion et de réhabilitation communautaire (PNRRC), le programme de service civique national  (PSCN).

En outre, l'accord complémentaire IV de Ouagadougou a décidé que chaque élément démobilisé des groupes d'auto défense doit percevoir la somme de 500.000 Frs CFA.

Tous ces engagements de l'Etat envers les groupes d'auto défense et des ex-rebelles devaient être honorés avant les élections présidentielles et générales du 29 novembre 2009.

Nous sommes aujourd'hui à deux mois des élections présidentielles en Côte d'Ivoire et aucune mesure pratique d'exécution des engagements de l'état n'est visible ni appliquée à l'endroit des groupes d'auto défense contrairement aux éléments ex- rebelles.

Depuis bientôt trois ans, des démarches médiatiques ont été engagées par les groupes d'auto-défenses afin d'interpeller les décideurs sur leurs situations. le courrier d'Abidjan N°109 du jeudi 23 août 2007 ''nord-sud quotidien''  N°00660 du jeudi 26 juillet 2007 '',notre voie '' N°2747 du samedi 28 , dimanche 29 et lundi 30 juillet 2007 ; ''fraternité matin ''N°12816 du vendredi 27 juillet 2007 ''nord -sud quotidien'' N° 797 du mardi 15 janvier 2008 ,interviews accordées par le président du GPP à ''rezoivoire.net'' le 28 juillet 2009 et à ''notre heure '' le 8 septembre 2009, ainsi que tous les autres médias nationaux  y compris la 1ere et  la 2e chaîne de la télévision ivoirienne. Outre les aspects médiatiques, des actions ont été menées auprès des autorités et des courriers leur ont été adressés .Tous ces cris de cœur sont restés sans suite  jusqu'à ce jour.


Quel est le mystère qui fait que les groupes d'auto -défenses sont négligés alors que les ex-rebelles bénéficient de tous les programmes ? Ils sont insérés dans l'armée, dans la police et dans la gendarmerie et la réinsertion socioprofessionnelle (PNRRC, PSCN) a lieu dans les zones C.N.O (centre, nord et ouest).Tous les programmes de réinsertions s'exécutent dans leur zone.


Pourquoi une telle discrimination ?

Les ex-rebelles sont représentés au sommet de l'état.


Qui est l'interlocuteur des groupes d'auto défense ? Qui les représentent à la tête de l'état ? Qui plaide pour eux ? Et pourquoi les groupes d'auto défenses n'ont pas de résultats concrets jusqu'à ce jour ?

Nous avons  fait confiance à la république et nous sommes restés sans suite.


 Que faut-il faire ?

 Nous aurions pu à l'instar de toutes les couches socio-professionnelles du pays (médecins, infirmiers, instituteurs, professeurs, policiers, juges...) manifester pour faire entendre notre cause, surtout que dans notre cas il s'agit du minimum vital. Mais nous voulions obéir au mot d'ordre du Président de la République qui a dit de ne rien entreprendre qui risquerait de gêner le succès des accords de  Ouaga. Nous avons donc pris notre mal en patience en espérant que le respect de l'accord par toutes les parties nous satisferait.

Mais hélas !


                 III.RESOLUTIONS


En tant que patriotes, nous avons essayé d'apprécier les dangers d'une manifestation publique et bruyante pour nous faire entendre. Dans notre démarche, les autorités des FDS et les responsables politiques et administratives de la république ont été informées. Voici l'analyse que nous avons portée à leur connaissance :


 - Si 2000  à 5000 éléments des groupes d'auto défense manifestent bruyamment  dans la ville d'Abidjan, quels sont les moyens humains, logistiques et financiers, que l'état de Côte d'Ivoire déploierait pour venir  à bout de cette manifestation ?

 - Si ces manifestations paralysaient, pour ne serait-ce qu'une journée, le fonctionnement de la ville d'Abidjan, à quelle dommage cela correspondrait pour notre économie et notre population ?

 À supposer qu'on fasse fi des deux aspects précédents et qu'ont paralyse la ville d'Abidjan.


Pourra t-on rattraper l'impact médiatique négatif sur le plan international et ses conséquences (Côte d'ivoire, pays instable, destination touristique déconseillé, fuite d'investisseurs privés et toutes  autres organisations internationales partenaires au développement) ?

Pourquoi en dépit de toutes ces démarches et nonobstant  toutes ces réflexions nous sommes toujours ignorés et méprisés. ?

Pourquoi veut-on nous imposer la revendication par la violence et qui a intérêt à ce que le pays soit perturbé ?

On parle d'un programme national de réinsertion des populations ivoiriennes.

Où est le gouverneur du district d'Abidjan ? Où sont les maires, les Députés, les présidents des conseils généraux des localités que nous avons défendus ? Nous sommes aussi populations de ces villes qu'ils gouvernent .pourquoi nous abandonnent-ils ? Pourquoi nous méprisent-ils ?

S'ils ne nous considèrent pas comme leurs administrés, nous allons cesser de les considérer comme nos administrateurs. S'ils nous boycottent, nous allons les boycotter. Aujourd'hui, tout le monde n'a d'yeux que pour les campagnes électorales parce que nous nous sommes sacrifiés pour que la paix revienne.

Si jusqu'au 20 octobre 2009, nous ne percevons pas nos 500.000Frs CFA  et si nos éléments ne sont pas reinserés, les mesures suivantes seront exécutées :

Premièrement, il n'y aura pas d'élections le 29 novembre en Côte d'Ivoire.

Deuxièmement, tous les rassemblements, à caractère politique seront boycottés systematiquement sur l'ensemble du territoire.

Troisièmement, plusieurs villes et communes du pays seront paralysées.

Nous voudrions bien rappeler aux autorités que nous sommes d'abord des ivoiriens et nous sommes un électorat. Nous avons nos familles qui ont hâte de nous voir retourner à une vie sociale normale après les sept (7) années de sacrifices pour le pays.

 

A vous les éléments des groupes d'auto-défense de Côte d'Ivoire restez à l'écoute et soyez mobilisés pour la suite.

A nos parents et nos familles, nous avons besoin de votre soutient dans cette autre lutte pour la justice, l'égalité et le respect des engagements de l'Etat.


Que Dieu bénisse la Côte d'Ivoire

 

Fait à  Abidjan le 19 septembre 2009. 


LE PRESIDENT DU GPP

BOUAZO Y .BERNARD

05 30 83 84       

gppnational@yahoo.fr                                            



Rédacteur: tokore gervais olivier   

Contact presse

Gervais olivier Tokore
Envoyez un email à Gervais olivier Tokore


 
Communiqué de presse libre de tous droits de diffusion sauf exception ici. Citer source : 24presse.com

communiqué affiché 4851 fois
4851
 
TOKORE Gervais olivier

Email : voir bloc "contact presse" en bas