24 | Communiqué de presse

Communiqué affiché 7263 fois sur le site à ce jour

politique

Grand Stade de Rugby : Pour David Derrouet l’absence de moyens alloués aux transports franciliens pose la question de la poursuite du projet

Publié le 23/10/2014 à 14:07

A l’heure où le gouvernement, dans le cadre d’un "plan d’économies" de 50 milliard d’euros, envisage de fortes baisses de dotations de l’Etat aux collectivités locales, de nouveaux impôts pour les françaises et français ainsi que la baisse des moyens alloués aux transports en commun, le Maire de Fleury-Mérogis, David Derrouet, pose la question de la poursuite du projet du Grand Stade de Rugby sur le site d'Evry Centre-Essonne Ris Orangis, estimé à plus de 600 millions d’euros.

 

Le 29 juin 2012, le site de l’ancien hippodrome de Ris-Orangis a été choisi comme site d’accueil du Grand Stade de Rugby. Ce projet d’un coût très conséquent aurait pu trouver tout son intérêt s’il s’était accompagné, comme cela avait été annoncé initialement aux élus locaux, d’une prise en compte du financement des travaux pour désengorger les lignes RER D et C, implanter des TCSP et réaliser les dessertes de bus structurantes nécessaires vers les gares mais également vers le futur tram-train Massy-Evry ou les nouveaux projets de tramway. Force est de constater que ce ne sera pas le cas au regard de la Loi de Finances 2015, qui est sur le point d’être votée à l’assemblée nationale.

Les 5 millions de franciliens déjà lésés dans le cadre de l’actuel "Grand Paris" ne verront pas aboutir les investissements nécessaires à l’amélioration de l’offre de transports, puisque l’Etat renonce au financement des investissements promis dans les transports publics franciliens mais également à prendre en charge les surcoûts occasionnés par l’ouverture du Grand Stade estimés à ce jour à 500 millions d’euros.


Cette décision politique, si elle devait se confirmer, amènerait les habitant(e)s de nos villes à subir une quadruple peine : des temps de trajets plus longs, un coût de transport plus élevé, une vie personnelle et familiale réduite, un impôt supplémentaire qui aurait pu être affecté au transport public mais dont la destination est tout autre.

Il n’est pas question de "balayer d’un revers de main" le projet du Grand stade de Rugby. Mais il n’est pas envisageable que le STIF ne dispose pas des moyens financiers nécessaires au développement des transports en commun (investissements estimés à 5 millions d’euros pour l’Essonne).

A l’heure du débat sur la transition énergétique, David Derrouet propose que la mise en place d’une vignette sur les poids lourds étrangers ainsi que la taxation des profits des sociétés d’autoroute envisagées par la Ministre de l’écologie, Ségolène Royal, puissent venir financer l’ensemble des infrastructures de transport, indispensables à l’amélioration de la qualité de vie des habitants de la Grande Couronne.
 

 

 

David DERROUET
Maire de Fleury Mérogis
Vice-Président de l'agglomération du Val d'Orge

Député suppléant

 

 

 

Communiqué libre de tous droits de diffusion. Citer source ou lien : 24presse.com

Images

Communiqué publié par DERROUET David
le 23/10/2014 à 14:07 sur 24presse.com
DERROUET David



Contacter

Envoyez un email à
DERROUET David

Société :