24 | Communiqué de presse

Communiqué affiché 6301 fois sur le site à ce jour

politique

Loi DALO : Le Maire de Fleury-Mérogis juge que son application 'paupérise et ghettoïse les quartiers déjà sensibles'

Publié le 21/05/2013 à 17:08

Invité le 16 mai en tant qu'intervenant par le Club des Développeurs Immobiliers et Fonciers (CDIF), David Derrouet, Maire et député suppléant de Malek Boutih, a défendu une révision de la loi DALO par les parlementaires, relayant haut et fort ce que de nombreux élu(e)s évoquent en aparté.


La Loi sur le Droit Au Logement Opposable, appelée loi DALO, contribue dans son application à produire des effets dévastateurs sur les quartiers en ANRU ou dans les villes disposant d’un taux de logements sociaux relativement élevé.

Alors que François Lamy, Ministre délégué, travaille actuellement sur les futurs quartiers éligibles au deuxième plan de rénovation urbaine, que le Gouvernement a fait de la politique du logement une priorité, le Maire de Fleury-Mérogis souligne les effets pervers de la loi DALO.


Les services de l’Etat ayant des obligations à rendre sur le relogement des personnes relevant du dispositif DALO, ils accaparent de nombreux logements dans des quartiers déjà fragilisés pour y placer des familles en grande précarité.

Cette politique entraîne une sur paupérisation des quartiers et pousse à une ghettoïsation accrue qui va à l’encontre des enjeux de rénovation urbaine mais également à l’encontre de la nécessité de mettre en place des dispositifs anti-expulsions par un meilleur dispositif de désendettement des locataires. L’effacement total de la dette entraine, pour le Maire de Fleury-Mérogis, une déresponsabilisation de certains locataires et un sentiment d’injustice chez celles et ceux qui s’évertuent à rentrer dans une logique de désendettement.

Le maire de Fleury-Mérogis prend pour exemple la décision inacceptable de coopter 138 logements sur 399 dans le quartier sensible des Aunettes à Fleury pour les dédier à un contingent "Préfecture mal logés". Fermement opposé à cette décision, il en a fait part à plusieurs reprises aux services de l’Etat et saisi la Ministre.


David Derrouet estime qu’il est nécessaire de revenir à une vraie politique progressiste du logement et de repenser la mixité sociale dans les zones urbaines sensibles et prioritaires.

L’absurdité de l’application de la loi DALO, sur laquelle s’accordent de nombreux élus locaux, pousse le Maire de Fleury-Mérogis à demander aujourd’hui aux parlementaires de revoir cette loi en profondeur.



 

David DERROUET
Maire de Fleury Mérogis
Vice-Président de l'agglomération du Val d'Orge
Député suppléant

 

 

 

 

Communiqué libre de tous droits de diffusion. Citer source ou lien : 24presse.com

Communiqué publié par Jourdan-Rosso Annelyse
le 21/05/2013 à 17:08 sur 24presse.com
Jourdan-Rosso Annelyse



Contacter

Envoyez un email à
Jourdan-Rosso Annelyse

Société :