24 | Communiqué de presse

Communiqué affiché 7949 fois sur le site à ce jour

politique

Réforme pénitentiaire : le maire de Fleury-Mérogis demande une table ronde avec Michèle Alliot-Marie

Publié le 03/11/2010 à 21:24

Lettre du Maire de Fleury-Mérogis à l'attention de Michèle Alliot-Marie

 

 

 

 

Madame la Ministre,



 

Depuis plusieurs mois les relations entre la ville de Fleury-Mérogis et le ministère de la Justice se sont fortement accentuées, et ce dans l’intérêt commun des personnels du centre pénitencier de Fleury-Mérogis, même si sur le plan national nous partageons des avis divergents sur la réforme des prisons.


 

A la suite d’une rencontre avec l’ensemble des syndicats du centre pénitencier de Fleury-Mérogis, je sollicite de nouveau une table ronde en votre présence au sein de notre ville,  tant les difficultés rencontrées par le personnel sont nombreuses.



 Vous le savez, de nombreux jeunes surveillants sortent de l'école et disposent d’un revenu de 940 euros nets par mois ; ce revenu est très insuffisant pour leur permettre de se loger là où ils le souhaiteraient, à Fleury ou en dehors. Le fait que Fleury-Mérogis dispose du quatrième revenu fiscal le plus faible de l’Essonne est lié à la faiblesse des revenus du personnel de la Maison d’arrêt.


 

Le bailleur « Les Résidences », dépendant du Ministère de la Justice, propose des loyers bas pour répondre à la faiblesse des revenus mais ne saurait offrir des prestations de qualité et est peu ouvert à l’amélioration de son patrimoine.


 

Favoriser un accès plus facile à des logements de qualité et à un coût acceptable pour le personnel est crucial.

Notre ville s’est lancée dans un vaste programme de construction de logements. Il s'agit d'une opportunité pour offrir du logement en accession ou en location aux personnels.



 Ces logements se construiront dans le périmètre de la Zone Urbaine Sensible ;  celle-ci bénéficiera d’une réhabilitation lourde  pour un montant de 12,5 millions d’euros de la part du bailleur OSICA. Cette réhabilitation ne comportera aucune démolition/renconstruction.


 

Or, seule une convention ANRU II grâce à une TVA à 5,5% à titre purement dérogatoire peut permettre l’amélioration des conditions de logement du personnel, dans la mesure où les surveillants,  comme les agents administratifs pourraient bénéficier des logements du nouvel écoquartier des Joncs Marins, ainsi que de la future résidence de 100 logements programmée à proximité du centre pénitencier.  Elle comportera notamment une, voire deux micro crèches adaptées aux horaires d’accueil des enfants des personnels de la Maison d’arrêt moyennant une baisse du prix du terrain de l’ordre de 300 000 euros compte tenu des finances de la ville.


 

D’autre part, les syndicats m’ont également interpellé sur les difficultés auxquelles sont confrontés les surveillants face à l’octroi de logements, dans la même cage d’escalier,  à des personnes jeunes sortant de prison.


 

A la suite d’une discussion avec le nouveau Préfet délégué à l’égalité des chances, dont j’ai pu apprécier les qualités d’écoute et la volonté d’améliorer les conditions de vie des agents, nous avons convenu qu’une solution rapide devait être trouvée face à cette situation particulièrement angoissante pour les surveillants.


 

De ce point de vue il apparait nécessaire de veiller à ce que la Préfecture comme les bailleurs pour des questions de bon sens soient vigilants dans les attributions de logements.


 

S’agissant de la réforme des prisons, nombre d’inquiétudes que j’ai moi-même formulées, sont revenues dans les sujets préoccupant le personnel.


 

La réforme des prisons ne prévoit en effet aucun recrutement malgré l’augmentation de la population carcérale. Il s’ensuit des conditions d’insécurité pour les surveillants lors des rondes des prisonniers, mais également des affectations à des postes administratifs par manque de personnel.

Or, la réforme des prisons va accentuer les difficultés rencontrées par le personnel puisqu’il est prévu la suppression de la police pénitentiaire et son remplacement par 800 surveillants aujourd’hui en poste. Ce sont, alors que les centres pénitenciers manquent cruellement d’effectifs, 800 surveillants de moins dans  les prisons françaises.


 

Cette réforme se fait également dans un contexte de réforme hospitalière où le mode de suivi de personnes atteintes de pathologies lourdes est la psychiatrie en milieu ouvert. Sur ce point, et compte tenu de l’échec manifeste de ce suivi par manque de moyens affectés, je ne peux qu’être indigné par la création de cellules psychologiques, les surveillants n’ayant pas de compétences médicales dans ce domaine et les malades ne relevant pas de la prison.


 

Enfin, la question des transports publics est un problème récurrent tant pour permettre aux personnels habitant d’autres villes de se rendre au centre pénitencier que pour permettre aux familles de détenus de rendre visite aux prisonniers.


 

Sur ce point, l’interpellation du STIF sur le maintien, l’augmentation et le développement des lignes de bus telle la ligne 510 est essentielle. Essentielle pour l’accès au centre pénitencier, mais également pour la desserte de la zone industrielle « des Radars » et la zone industrielle « des Ciroliers ».


 

Devant les efforts consentis par la ville pour améliorer les conditions de vie du personnel du centre pénitencier, devant les difficultés quotidiennes qu’ils rencontrent en termes de logements, de garde d’enfants, d’exercice de leur métier, je sollicite votre haute bienveillance afin qu’une table ronde réunissant les acteurs concernés puisse avoir lieu dans les meilleurs délais.


 

De la même manière, et compte tenu de la particularité de la ville de Fleury-Mérogis, je sollicite votre haute bienveillance afin qu’une convention ANRU II puisse, dans un délai très resserré, voir le jour afin de permettre de lancer un programme de construction de logements adaptés.

 


Dans l’attente des suites que vous voudrez bien réserver à ma requête, je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l’assurance de ma haute considération.





David DERROUET, Maire de Fleury-Mérogis - Vice-président de l'Agglomération du Val d'Orge

Communiqué libre de tous droits de diffusion. Citer source ou lien : 24presse.com

Communiqué publié par DERROUET DAVID
le 03/11/2010 à 21:24 sur 24presse.com
DERROUET DAVID
MAIRIE DE FLEURY-MEROGIS


Contacter

Envoyez un email à
DERROUET DAVID

Société : MAIRIE DE FLEURY-MEROGIS

Contact presse

DERROUET DAVID
MAIRIE DE FLEURY-MEROGIS

Diffuser
un communiqué
de presse
Lancer une diffusion

Derniers communiqués de presse de la catégorie "politique"