24 | Communiqué de presse

Communiqué affiché 9121 fois sur le site à ce jour

societe

Premier classement des villes perverses de France

Publié le 06/01/2012 à 15:38

SosPervers.fr publie le 1er classement (2012) des villes perverses de France, issu des 60453 tests SosPervers® réalisés par les internautes sur sospervers.fr du 15/11/2011 au 31/12/2011.


Sospervers.fr publie le premier classement des villes perverses de France, lequel rend compte du caractère social du phénomène pervers. Ce premier classement porte sur 230 villes de France, est issu des résultats des 60 453 tests effectués sur le site www.sospervers.fr par les internautes sur la période courant du 15 novembre 2011 au 31 décembre 2011.


Le tableau de classement est disponible en téléchargement sur le lien www.sospervers.fr/classement2012


Cf., détail de la méthodologie dans le communiqué PDF téléchargeable ici.


Alors que le phénomène pervers est aujourd'hui devenu massif et omniprésent, en réalité générationnel, la question qu'il pose dans tous les secteurs de la vie courante est encore passée sous silence dans le débat public.

 


Ces 230 villes les plus perverses de France sont classées :


- Par ordre décroissant d'intensité de perversité, de 1 à 230.

- Sur la base d'un indice de perversité qui va, à cette date, de 124 à 68 (= perversité faible)

- En distinguant 5 groupes principaux de villes selon leur écart par rapport à l'indice 100 (moyenne nationale) ; cf. tableau de classement.

- En distinguant un sous classement des principales métropoles régionales.

 


Résultats synthétiques (voir le détail des résultats ci-après) ou www.sospervers.fr/classement2012. Le phénomène pervers est un fléau présent à toutes les strates du territoire Français.


• Il affecte d'abord les petites agglomérations, villes et métropoles secondaires de France (de quelques milliers à 60 000 habitants environ), et non pas les grandes agglomérations en premier lieu. « Le bonheur est dans le pré... », cela se discute...


• La première grande métropole régionale, Montpellier (indice de perversité 106) apparaît à la 60 ème position (sur 230).


• Il n'existe pas un lien immédiat entre la perversité constatée et l'intensité de l'urbanisation, la densité ou la taille d'une population.


• L'île de France fournit certes 40 % des villes affectées de l'échantillon, alors que la région représente 18% de la population française. Néanmoins, à l'intérieur de ce périmètre géographique, on trouve tout autant de villes (très) fortement que faiblement touchées par le phénomène pervers. L'essentiel des villes les moins touchées se trouve d'ailleurs et à cette date, en Ile de France. Selon les groupes, la forte disparité de la situation de l'Ile de France est également la règle.


• Ainsi, Paris intra muros et Nice apparaissent comme étant en dessous de la moyenne nationale, avec des indices de perversité qui ressortent respectivement à 98 (Paris, classée 150 ème sur 230) et à 94 pour Nice (classée 174 ème sur 230).

 


A cette date, les trois villes les plus perverses de France sont par ordre :


- Clermont (Oise, indice de perversité 124, 1er du classement) ;


- Chartes (Centre, indice de perversité 123 +, 2 ème du classement) ;


- Colmar (Alsace, indice de perversité 123, 3 ème du classement).

 


A cette date, les trois villes les moins perverses de France sont par ordre décroissant :


- Villeneuve d'Ascq (Nord, indice de perversité 74+) ;


- Valenciennes (Nord, indice de perversité 74) ;


- Pont L'Evêque (Calvados, indice de perversité 68, dernière du classement).


Dans le groupe des grandes métropoles régionales, le classement de ces villes par ordre décroissant de perversité est (entre parenthèse, l'indice de perversité, puis le classement) : Montpellier (106, 1er), Metz (105, 2 ème), Dijon (104, 3 ème), Lille (103, 4 ème), Lyon (103, 5 ème), Rennes (102, 6 ème), Nantes (102, 7 ème), Rouen (101, 8 ème), Strasbourg (100, 9 ème), Limoges (100, 10 ème), Toulouse (100, 11 ème), Bordeaux (99, 12 ème), Marseille (99, 13 ème), Grenoble (98,  14 ème), Caen (98, 15 ème), Paris (98, 16 ème),  Nice (94, 17 ème).

 

D'un point de vue de la qualité des relations, il fait, à cette date,  paradoxalement mieux de vivre à Paris et Nice qu'à Montpellier et Metz.


 

Toute l'étude ici


Classement Excel ici

 


Communiqué libre de tous droits de diffusion. Citer source ou lien : 24presse.com

Communiqué publié par de Mercy Charles
le 06/01/2012 à 15:38 sur 24presse.com
de Mercy Charles
SosPervers.fr

www.sospervers.fr
Contacter

Envoyez un email à
de Mercy Charles

Société : SosPervers.fr

Contact presse

de Mercy Charles
SosPervers.fr

Website
www.sospervers.fr

Diffuser
un communiqué
de presse
Lancer une diffusion

Derniers communiqués de presse de la catégorie "societe"