24 | Communiqué de presse

Communiqué affiché 8376 fois sur le site à ce jour

social

Le Conseil Général du Loiret se désengage de la prévention spécialisée et met en danger les 220 salariés de l'association IPSIS

Publié le 12/03/2014 à 16:02

Les 220 salariés de l'association IPSIS, Institut Pour la Socialisation, l'Intégration et le Soin sont sous la menace d'une suppression d'emploi à cause du désengagement du Conseil Général du Loiret. La collectivité en mettant fin de manière brutale à la mission de prévention spécialisée d'Opelia-IPSIS met gravement en danger les finances de l'association mère IPSIS.


220 Salariés, 14 établissements, IPSIS (Institut Pour la Socialisation, l'Intégration et le Soin) est une association reconnue qui œuvre dans le secteur médico-social. C'est toute cette association qui est actuellement en danger à cause d'une décision : la non reconduction de la subvention du Conseil Général du Loiret pour 2014 accordée à Opelia pour les services de prévention spécialisée du département. Un choix politique lourd de conséquences, non seulement pour tous les enfants les adolescents et les familles concernées, mais aussi pour les éducateurs salariés d'Opelia


Des conséquences sociales et financières dévastatrices


Si le Conseil Général du Loiret a dans un premier temps fait croire à une possible reprise des éducateurs spécialisés d'Opelia, la collectivité se désintéresse du sort des  salariés et de l’association IPSIS qui jusqu’au 31/12/2013 avaient en charge les actions de préventions spécialisées dans le département. Or, une jurisprudence, précise bien que le Département est dans l’obligation de reprendre les salariés, conformément au “Schéma départemental Enfance-famille 2011-2015” qu’il a adopté. Il a finalement refusé de pallier les conséquences sociales et financières de son désengagement. Résultat, aucune mesure d'accompagnement, de formations et pas le moindre soutien aux 20 salariés d'Opelia. Ces derniers devront être licenciés par leur association mère


Plus d'1 million d'euros à trouver

L'association IPSIS doit désormais financer pour plus d'1 million d'euros, le licenciement des salariés du SPS Opelia. Une charge financière que ne pourra supporter cette structure associative. Ainsi, ce sont 220 salariés qui pourraient, à très court terme, perdre leur emplois si l'association IPSIS dépose le bilan.


Un choix du Conseil Général incompréhensible

La prévention des jeunes mineurs est une action obligatoire à mettre en œuvre par les conseils généraux. Celle-ci est précisée dans les articles L 121-2 et L 221-1 du code de l’action sociale et des familles qui stipule que le département a "une mission de prévention de la marginalisation et d’aide à l’insertion dans les lieux où se manifestent des risques d’inadaptation sociale". Hors plus de 80% des 454 enfants et adolescents  que prenait en charge l’association IPSIS sont mineurs. Le désengagement du Conseil Général met à bas le travail de prévention effectué depuis de nombreuses années auprès des jeunes. Ce choix ne l'exonère pas d'un élémentaire accompagnement des 20 salariés d'Opelia qui, à ce jour, sont sans solution pérenne.


IPSIS, une association du secteur médico-social

Association à but non lucratif intervenant dans le secteur médico-social et plus particulièrement dans la gestion d'établissements ou services accompagnant des enfants, adolescents et adultes en situation de handicap, agissant sur l'ensemble du territoire, l'association IPSIS gère sept E.S.A.T spécialisés dans l'accompagnement de personnes atteintes de troubles psychiques, trois S.E.S.S.A.D pour enfants et adolescents (troubles du comportement) et un S.A.A.A.I.S pour des enfants amblyopes.
 

 

 

Communiqué libre de tous droits de diffusion. Citer source ou lien : 24presse.com

Communiqué publié par VALES luc
le 12/03/2014 à 16:02 sur 24presse.com
VALES luc
association IPSIS


Contacter

Envoyez un email à
VALES luc

Société : association IPSIS