fr

24 | Communiqué de presse

Press release displayed 10682 times

culture

'Conversations imaginaires ou pas', livre d’entretiens inédits avec Rudy Ricciotti, architecte du MuCEM

Published on 17/09/2014 à 15:10

Paru aux éditions Un Autre Reg'Art "Conversations imaginaires ou pas" relate les entretiens entre le célèbre architecte Rudy Ricciotti et Florence Farrow, artiste plasticienne, prétextes à disserter sur l'Art, la Culture et la Civilisation.

 

image un autre reg'art
Architecte (école nationale supérieure d’architecture de Marseille - 1980) et ingénieur (école d’ingénieurs de Genève - 1974), Grand prix national d’Architecture, Rudy Ricciotti est représentatif de cette génération d’architectes qui allient puissance de création et véritable culture constructive. Basé à Bandol, il s’affiche comme le militant du combat contemporain sur des terres dominées par le régionalisme néo-provençal.

Auteur de réalisations marquantes en France, avec notamment le Centre chorégraphique national d’Aix-en-Provence, il a également su gagner une stature internationale, comme en témoignent ses œuvres en dehors de nos frontières : la passerelle pour la Paix à Séoul ou le Philharmonique Nickolaïsaal de Potsdam en Allemagne, le Palais des festivals à Venise, le Musée d’Art Contemporain de Liège ou encore l’Auditorium symphonique de Gstaad pour le festival créé par Yehudi Menuhin et bien sûr, le MuCEM.

Florence Farrow, pseudonyme de Florence Deville-Patte, est une Artiste plasticienne, sculpteur & auteur-illustratrice, diplômée de l’école supérieure nationale des Beaux Arts de Toulouse. Hormis de nombreuses expositions présentées depuis 1995, elle a publié un premier album jeunesse, La légende du chat des Oudayas (éditions Yomad, Maroc) en 2005 et un roman policier, Mystère à Fontgrande (Un Autre Reg’Art) en 2013.


Le livre

Cette "conversation imaginaire" est née de cette petite phrase, lancée à Florence Farrow par l’architecte Rudy Ricciotti alors que celle-ci voulait l’interroger sur sa dernière réalisation, le MuCEM de Marseille : "Vous connaissez déjà toutes les réponses à vos questions". Celle-ci l’a pris au mot.

Avec la complicité de Ricciotti, l’auteur nous donne à lire ces entretiens imaginés "ou pas" où l’élégant musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée devient un prétexte pour s’aventurer vers des questions plus larges sur l’art, la culture et sa place dans notre société, la civilisation aussi, ce qui la fait et ce qui la tue...


Par ces entretiens, Florence Farrow et Rudy Ricciotti nous livrent un texte à la fois drôle, poétique et pétillant d’intelligence ; une délicieuse brise marine pour nous porter sur les traces de Ricciotti de la Camargue jusqu’à Marseille, ville de culture, et plus loin encore le long de la Méditerranée.


 

 

image Rudy Ricciotti image Florence Farrow

 

 

Extrait :

Première partie : MuCEM

FF : Dans les coursives du MuCEM, flotte le souvenir d’un art de vivre typique d’Afrique du Nord que j’ai bien connu… La proximité de l’eau et les dentelles de l’ombre, sans doute. Ce raffinement de l’art hispano-mauresque nous invite-t-il à retrouver une relation au monde oubliée ?

RR : Les coursives libres d’accès offrent une promenade dé-muséifiante, des douves où crabes et moules conspirent, jusqu’à la terrasse ouverte aux brises des fantasmes. Cet itinéraire d’ombres et d’airs, de lumière embrumée, à la fois inquiétant et apaisant, peut être révélateur d’une physicalité émouvante, simplement celle de se sentir vivant, en appétit (crabes&co), au delà des considérations philosophiques ou des crispations métaphysiques.

FF : Votre imaginaire est vraiment contagieux…En regardant le jeu diagonal des tangons dans les coursives, j’ai pensé à la Bataille de San Romano de Paolo Uccello où hampes et lances sont dressées vers le ciel.

RR : J’apprécie la peinture de bataille, elle ouvre les perspectives, et si le musée délie les imaginaires, tant mieux. Je vais vous faire cet aveu : je suis pétri de classicisme, et je n’ai rien inventé. Si ce n’est l’os de poulet en architecture, une grande fierté.

Le camarade Paolo est un de mes idoles avec le moine Giordano Bruno brûlé par l’Inquisition.

FF : Pour ce MuCEM, il y a une redéfinition du rapport entre l’externe et l’interne. Avec « Une façade habitée, un vide central. Un cheminement dans la structure… » écrit Françoise Arnold. Est-ce l’envie d’innover qui vous captive ?

RR : La prise du risque de se dépasser soi-même fait avancer. « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » écrivait Mark Twain. Le contexte crée la contrainte, et la contrainte, jamais lointaine de l’effroi donne du souffle, l’effort paye comptant contant.



"Conversations imaginaires ou pas"

Format : 13 x 22, broché
Nombre de pages : 64
Prix : 10,00 €
ISBN : 979-10-90894-09-9
EDITIONS UN AUTRE REG’ART


Plus d'informations :
www.unautrereg-art.com


 

 

Press release copyrights free 24presse.com

Images

Communiqué publié par POITTE Jérôme
Published on 17/09/2014 à 15:10 sur 24presse.com
POITTE Jérôme
Editions Un Autre Reg'Art

www.unautrereg-art.com
Contacter

Send email to
POITTE Jérôme

Company : Editions Un Autre Reg'Art

Press contact

POITTE Jérôme
Editions Un Autre Reg'Art

Website
www.unautrereg-art.com

Diffuser
un communiqué
de presse
Lancer une diffusion

Derniers communiqués de presse de la catégorie "culture"